Statères d'or gaulois

AMBIANI

Attention : Nouvelle version de la page ici

 

Statère d‘or de type biface, classe III (AV 6g38),

Avers : Tête laurée, schématisée, à droite. Le visage est cerné par trois croissants, une barre qui se termine en croissant traverse le chevelure et la couronne de lauriers.

Revers : Cheval disloqué, galopant à droite, entouré de globules, d'un croissant et de restes de l'aurige présent sur le prototype grec..

Références : Scheers pp 46/268, série 9, classe III ; Rare.

État de conservation : Très beau/ beau.

Il est intéressant de noter que sur cet exemplaire, le revers est frappé avec un coin très usé. Le même phénomène se retrouve sur les émissions suivantes mais toujours à l'avers, il semble en fait que les coins d'avers n'étaient  même plus réellement gravés. Le cheval quand à lui reprendra la place d'honneur... et le visage de l'avers continuera à être imité par les peuplades voisines et les celtes de Bretagne (NB : actuelle Grande Bretagne !), devenant de plus en plus méconnaissable, bien que divers éléments (croissants, couronne, barre terminée en croissant...) restent toujours bien identifiables... le visage étant transformé en un assemblage de symboles.


Statère d‘or de type uniface, classe II (AV 6g16),

Avers : Lisse

Revers : Cheval schématisé, de type belge, à gorge fourchue, galopant à droite. Entre les jambes du cheval, un globule, au-dessus : globule à la pointe de l’oreille, croissant, globules et divers éléments (décomposition de l’aurige). A l’exergue : rangée de croissants pointés, posés tête-bêche, sous une ligne continue.

Références : Scheers 154, série 24, classe II ; LT 8710,

État de conservation : Très beau

Le type de statère d'or le plus courant de Gaule Belgique, qui a du être émis dans des quantités impressionnantes. Le trésors de Ledringem devait en compter quelque milliers.


Statère d‘or bas fourré, de type uniface, classe V (AV fourré 3g55), (Gallic war S-type)

Avers : Lisse

Revers : Cheval schématisé, de type belge, à gorge fourchue, galopant à droite. Entre les jambes du cheval, un globule entourré de deux "S" inversés, dans le champs, globules, d'un croissant et de restes de l'aurige présent sur le prototype grec.

Références : Scheers 156, série 24, classe V ; Très rare, 

Ce statère fait partie de l' une des dernières émissions d'or des Ambiens, il est probable qu'il fut frappé après les campagnes de 55-56 avant notre ère, par lesquelles César soumit les Morins et les Ménapiens et établit son quartier général en territoire ambien, afin de conquérir l'île de Bretagne. A ce moment, il fut difficile aux Ambiens de conserver leurs métaux précieux et de continuer à battre monnaie. Ainsi, les 3 dernières émissions d'or des Ambiens (dont la dernière ne consiste qu'en une frappe de  bronzes au type de l'or) ne totalisent qu'un maigre 12.5 % des statères connus actuellement. Dans cette 5e émission les statères fourrés atteignent la proportion record de 37.5 %, signe d'une crise majeure. Ces monnayes ont peut être été frappées pour financer la révolte Belge de 54 avant notre ère, dont Ambiorix sera l'un des héros.

État de conservation : Très beau

Cet exemplaire provient de la Chaussée Tirancourt, dans le nord de la France

 


Ces trois monnaies, émises par la même peuplade gauloise ne sont pas datées avec précision. Tout au plus, on pense que la première fut frappée avant la guerre des Gaules, et les deux dernières, pendant celle-ci (vers 58 à 51 avant notre ère). Elles sont ici placée par ordre chronologique. On remarque que le poids moyen va en décroissant, ainsi que la qualité de l'or. La dernière monnaie, émise en pleine crise, probablement  un moment ou César contrôlait bien la région d'Amiens, est en bronze recouvert d'une fine pellicule d'or fortement allié à du cuivre (or rouge) et est très rare comparativement aux deux autres.. 

L'avers de la première monnaie représente un visage fortement "dégénéré", comme c'est souvent le cas sur les monnaies gauloises en or. Son revers, quand à lui fut frappé avec des coins fortement usés, et c'est avec difficulté que l'on reconnais le cheval (voir figure 1.). Les deux monnaies suivantes sont unifaces : la tête d'Apollon a tout simplement disparu. Par contre, le cheval stylisé entouré de divers éléments est bien visible. 

Il faut savoir que le monnayage d'or gaulois dérive de la copie des statères d'or de Philippe II de Macédoine, père d'Alexandre le grand, émises en grande quantités que les celtes copièrent d'abord fidèlement, puis en s'écartant de plus en plus du prototype original. L'avers de cette monnaie représentait Apollon, lauré, et son revers, un bige (attelage de deux chevaux) conduit par un aurige. Sur les monnaies gauloises présentées ici, plusieurs éléments de décomposition de l'aurige sont visibles bien que ces monnaies furent frappées près de 3 siècles après le prototype grec ramené par les mercenaires gaulois de Macédoine.    


 

Indéterminée de Gaule Belgique :

 

Quart de statère d‘or fourré (1g19),

Avers : Aspect informe

Revers : Cheval à droite, au-dessus, croissant, en-dessous trois points disposés en triangle sur pointe.

Références : Scheers série 152, classe IV var. , LT 8030 var.

État de conservation : très beau

Notes : "Type à la mèche", de provenance incertaine... que l'on retrouve dans une vaste zone s'étalant de Paris à Namur et au grand ducher de Luxembourg,  et surtout dans la région de Soisson et dans l'Oise.

 


 

Atrebates & Regni (île de Bretagne) :

Statère d'or (6 gr) , Ile de Bretagne,  Vers 55-45 de notre ère,

Avers : Divers elements constituant une tête d'Apollon décomposéé.

Revers : Cheval à droite, une roue et un croissant entre les jambes, dans le champs,  restes de l'aurige présent sur le prototype grec

 

Références : Van Arsdell 210-212,  Mack 58.

 

Note : Certains auteurs considèrent ce statère comme étant la "série à l'ancre" qu'ils attribuent au Suessions. Dans l'état actuel des choses, nous préférons ne pas trancher et nous nous en tenons à l'attribution de Van Arsdell, mais surtout à l'ouvrage de Simone Scheers qui ne mentionne pas la série à l'ancre parmi les monnaies de Gaule Belgique.