Le trésors de Réka-Devnia (Marcianopolis, Bulgarie)

Ce trésors, découvert en 1929, consiste en plus de 81 000 monnaies d'argent (environ 350 kg) couvrant la période du Ie siècle au IIIe siècle de notre ère. Les plus anciennes sont de Marc Antoine et la plus récente une d'Herenius, le fils de Trajan Dèce (249-251). Le trésors a probablement été enfui dans la cave d'une battisse lors de l'invasion des Goths.

Cette impressionnante série de monnaies en argent sert souvent de référence pour établir la rareté des monnaies. Cependant, nous devons émettre quelques réserves : en effet, dans la plupart des trésors, les monnaies les plus récentes sont moins représentées... ainsi, le nombre de monnaies des derniers règnes ne peut être représentatif de leur rareté relative. Dans le trésors de Réka-Devnia, il n'y a, par exemple, que 280 monnaie de Gordien III (238-244) et 3 monnaies de Trajan Dèce (249-251), or leurs monnaies sont en fait très communes. Le même phénomène se marque aussi dans le trésors de Francesti (Roumanie), enfui vers 235 de notre ère, pour lequel on ne retrouve que 7 monnaies du très commun Septime Sévère (193-211) sur 1365 deniers... et dans bien d'autres trésors encore.

A l'analyse des types monétaires présents dans ce trésors, deux faits nous surprennent tout particulièrement : D'une part la complète absence de monnaies à l'effigie de Pescennius Niger, et d'autre part l'absence de monnaies de Clodius Albinus avec le titre d'Auguste. Certes, ces monnaies sont rares mais, celles de Pescennius ont du êtres relativement communes à une certaine époque, étant donné le nombre impressionnant de coins utilisé pour les frapper et du nombre de variantes connues. De même, les monnaies d'Albinus portant le titre d'Auguste sont loin d'être communes, mais ne sont pas plus rares que les deniers de Didius Julianus, représenté par 11 monnaies dans le trésors de Réka-Devnia. De plus, les monnaies d'Albinus portant le titre de César sont présentes (184 exemplaires). En fait, les deux empereurs concernés ont en commun d'avoir été des rivaux de Septime Sévère (représenté par 7256 monnaies) et le fait que leur principat ne fut pas reconnu par le sénat de Rome. Les pièces concernées n'ont pas non plus été frappées à Rome  : les deniers de Pescennius ont été émis à Antioche et à Alexandrie, et les deniers d'Albinus en tant qu'Auguste ont été frappé à Lyon*(1). Leurs monnaies ont bien circulé, et plus que probablement dans tout l'empire*(2), mais il semblerait qu'elles aient été écartées du dit trésors pour des raisons qui restent obscures... A une certaine époque, Septime Sévère semble avoir repris des types monétaires frappés par Pescennius Niger, or, ces revers rares sont aussi présent dans le trésors... une dévotion particulière à Sévère aurait-elle poussé les propriétaires du trésors à écarter les monnaies de ses rivaux ? Il est probable que seules les monnaies officielles aient été thésaurisées, minutieusement triées, en écartant les monnaies de ces Augustes contestables.

* Note 1 : il existe au moins une monnaie de Vespasien dans le trésors, qui ne fut pas non plus frappée à Rome, mais probablement à Antioche...  quelques monnaies à légendes grecque... et pas mal de monnaies de Septime Sévère frappées à Émèse notamment.

* Note 2 : Je me souviens d'une trouvaille en Belgique d'une monnaie isolée de Pescennius Niger.